Déclin du VDI, place à l'auto-entrepreneur
Catégories:  [Finances, Économie et Affaires] Posté par: Nathalie Vallieres
par Elena POINT

Ce fameux statut VDI, qui a tant fait couler d'encre !

Et c'était du pour, et c'était du contre, et il fallait le justifier et il était fustigé !

Dans la réalité, ce statut était très avantageux pour quelqu'un qui voulait se lancer, en toute sécurité, dans la grande aventure de la création d'entreprise.

Sans subir le poids de l'immatriculation, des cotisations très onéreus

s et dues à partir du premier jour d'activité, qu'ils aient, ou non, ces créateurs d'entreprise, réalisé du chiffre d'affaires (même pas du bénéfice, allons, pourquoi tenir compte de ce détail ! ).

Ce statut VDI résolvait tout : pas d'immatriculation, cotisations basées uniquement sur la marge et payées, pour les deux-tiers, par l'entreprise qui avait recruté le VDI, aucune formalité, le bonheur, quoi !

Désormais, sauf à participer à un MLM ou autre organisation de ce type, le statut VDI peut mourir de sa belle mort.

Il est remplacé, et très avantageusement, par le petit dernier, cet adorable nouveau-né au 1er janvier 2009, le régime de l'auto-entrepreneur.

Qui présente d'énormes avantages par rapport au statut VDI, en particulier en ce qui concerne les cotisations personnelles et les impôts, pour lesquels un versement libératoire très modéré acquitte, définitivement, ce qui est dû à ce titre.

D'autre part, pour exercer en qualité de VDI, il fallait trouver une société qui recrute, mais aussi qui vende les produits que l'on avait envie de vendre.

Il n'était pas question d'ajouter ses propres produits.

Ce nouveau régime d'auto-entrepreneur, opérationnel au 1er janvier 2009, est la réponse très attendue, depuis tant d'années, aux personnes qui souhaitent exercer, en toute légalité et l'esprit libre, une activité à leur compte.

Maintenant, une simple déclaration sur Internet et des versements libératoires mensuels ou trimestriels suffisent et vous apportent un grand souffle d'air frais.

Néanmoins, certaines précautions doivent être prises pour bénéficier de ce régime. Une erreur lors de votre immatriculation ou lors de l'exercice de votre activité, peut vous priver, brutalement, des bénéfices de ce régime, sans espoir de pouvoir y revenir.

Celui-ci est très simplifié, mais il vous impose, tout-de même, des obligations très précises que vous devez respecter pour travailler en toute tranquillité et, en particulier, la tenue d'un livre d'achat, d'un livre de recettes, votre déclaration mensuelle ou trimestrielle à produire, votre prélèvement libératoire à payer.

Des précautions, également, doivent être prises, par exemple dans le calcul de vos marges (attention, vous ne récupérez pas la TVA, vous devez en tenir compte), dans l'établissement des factures à vos clients, etc.

Vous n'osez pas vous lancer seul ?

Appuyez-vous sur : http://autoentrepreneurs.blogspot.com/

Vous y trouverez :
- toutes les informations sur le régime de l'auto-entrepreneur,,
- un accompagnement , pour la gestion, mais aussi pour la promotion de votre activité,
- sur inscription gratuite, des dizaines d'idées d'entreprises à créer, gratuitement ou avec un très minime investissement,
- des formations, gratuites ou non, mais pointues et efficaces,
- tout ce dont vous avez besoin pour créer une véritable entreprise, que ce soit sur Internet ou dans la « Vraie Vie »

Conseil pendant une trentaine d'années auprès de commerçants et d'artisans, Elena POINT vous informe et vous accompagne dans la création et la gestion de votre auto-entreprise.

Source: http://www.contenulibre.com/38-micro_entreprise


Nathalie Vallieres